Panait Istrati (roumain: [panaˈit isˈtrati]; parfois rendu comme Panaït Istrati; 10 août 1884 – 16 avril 1935) était un écrivain de la classe ouvrière roumaine, qui écrivait en français et en roumain, surnommé Le Maxim Gorki des Balkans. Istrati semble être le premier auteur roumain à dépeindre explicitement un personnage homosexuel dans son œuvre.

Né à Brăila, Istrati était le fils de la blanchisseuse Joița Istrate et d’un passeur grec du village de Faraklata à Céphalonie (que Panait n’a jamais rencontré). Il a étudié à l’école primaire pendant six ans à Baldovinești, après avoir été retenu deux fois. Il gagne alors sa vie comme apprenti chez un taverne, puis comme pâtissier et colporteur. En attendant, il était un lecteur prolifique. Ses premières tentatives d’écriture remontent à 1907 environ, quand il a commencé à envoyer des pièces aux périodiques socialistes en Roumanie, en commençant par l’article, Hotel Regina in România Muncitoare. Ici, il a publié plus tard ses premières nouvelles,

Mântuitorul (« Le Rédempteur »), Calul lui Bălan (« Le cheval de Bălan »), Familia noastră (« Notre famille »), 1er mai (« 1er mai »). Il a également contribué à d’autres journaux de gauche tels que Dimineața, Adevărul et Viața Socială. En 1910, il participe à l’organisation d’une grève à Brăila. Il est allé à Bucarest, à Istanbul, au Caire, à Naples, à Paris (1913-1914) et en Suisse (où il s’est installé pendant un certain temps, essayant de guérir sa tuberculose). Les voyages d’Istrati ont été marqués par deux mariages malheureux successifs, un bref retour en Roumanie en 1915 alors qu’il tentait de gagner sa vie comme éleveur de porcs, et de longues périodes de vagabondage.

Pendant son séjour au sanatorium, Istrati a rencontré l’écrivain sioniste juif-suisse russe Josué Jéhouda, qui est devenu son ami et professeur de français. Vivant dans la misère, malade et déprimé, il a tenté de se suicider en 1921 en se rendant à Nice, mais sa vie a été sauvée à temps. Peu de temps avant la tentative, il avait écrit à Romain Rolland, l’écrivain français qu’il admirait le plus et avec qui il avait longtemps tenté de rentrer en contact. Rolland a reçu la lettre par la police et a immédiatement répondu.

En 1923, l’histoire d’Istrati Kyra Kyralina (ou Chira Chiralina) a été publiée avec une préface de Rolland. Il est devenu le premier de son cycle littéraire d’Adrien Zograffi. Rolland était fasciné par la vie aventureuse d’Istrati, le poussant à écrire davantage et à publier des parties de son travail dans Clarté, le magazine que lui et Henri Barbusse possédaient. Le prochain travail majeur d’Istrati était le roman Codine. Pamfil Șeicaru a nommé Istrati « pauvre poète aux ânes déflorés ». Istrati est le premier auteur roumain à écrire un roman – Chira Chiralina – dans lequel un personnage est homosexuel. [1] Istrati et le communisme Istrati partageait les idéaux de gauche de Rolland et, autant que son mentor, plaçait ses espoirs dans la vision bolchevique.

En 1927, il visita l’Union soviétique à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’octobre, accompagné de Christian Rakovsky lors de la première étape du voyage (Rakovsky était ambassadeur soviétique à Paris et tombait déjà en disgrâce auprès de Joseph Staline). Il a parcouru de grandes sections de la partie européenne, assistant à des célébrations à Moscou et à Kiev. Il a été rejoint à Moscou par son futur ami proche, Nikos Kazantzakis; tandis que dans la ville, Panait Istrati a rencontré Victor Serge et a exprimé son souhait de devenir un citoyen de l’Union soviétique. Lui et Kazantzakis ont écrit à Staline une lettre de félicitations qui est restée sans réponse.

En 1928–1929, après un séjour tumultueux en Grèce (où il se battit avec la police et fut invité à quitter le pays), il retourna en Union soviétique. Grâce à des visites prolongées dans des endroits plus éloignés tels que l’ASSR moldave (où il est entré en contact avec son amie Ecaterina Arbore), Nizhny Novgorod, Bakou et Batoumi, Istrati a appris toute la vérité sur la dictature communiste de Joseph Staline, à partir de laquelle il a écrit son expérience. célèbre livre, La Confession d’un perdant, le premier de la succession des désenchantements exprimés par des intellectuels comme Arthur Koestler et André Gide. Istrati a traité de la persécution croissante des vieux bolcheviks et de la victimisation progressive de groupes de population entiers.

Ses opinions ont également été durement exposées dans deux lettres qu’il a envoyées aux dirigeants du GPU en décembre 1928. Par la suite, il a subi une crise de conscience principalement en raison d’être qualifié de «trotskyste» ou même de «fasciste» par ses anciens amis communistes, dont le plus violent s’est avéré être Henri Barbusse. Rolland avait fait l’éloge des lettres d’Istrati au GPU, mais il a néanmoins choisi de rester à l’écart de la controverse. Istrati est rentré en Roumanie malade et démoralisé, a été soigné pour tuberculose à Nice, puis est retourné à Bucarest.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.