Tu pardonnas : mais pas longtemps
Depuis la fois première
Je filais, pareil aux autans,

Comme la fois dernière.
Tu me cherchas, me dénichas ;
Courte et bonne, l’enquête !

Qui fut content du doux pourchas ?
Moi donc, ta grosse bête !

Puisque nous voici réunis,
Dis, sans ruse et sans feinte,

Ne nous cherchons plus d’autres nids
Que ma, que ton étreinte.

Malgré mon caractère affreux,
Malgré ton caractère

Affreux, restons toujours heureux :
Fois première et dernière.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *