En face de porte d’entrée, et un peu plus haut que ses compagnons,
était assis un personnage qui semblait être le président de la fête. C’était
un être décharné, d’une grande taille, et Legs fut stupéfié de se trouver en
face d’un plus maigre que lui. Sa figure était aussi jaune que du safran ; –

mais aucun trait, à l’exception d’un seul, n’était assez marqué pour mériter une description particulière. Ce trait unique consistait dans un front
si anormalement et si hideusement haut qu’on eût dit un bonnet ou une

couronne de chair ajoutée à sa tête naturelle. Sa bouche grimaçante était
plissée par une expression d’affabilité spectrale, et ses yeux, comme les
yeux de toutes les personnes attablées, brillaient du singulier vernis que

font les fumées de l’ivresse. Ce gentleman était vêtu des pieds à la tête
d’un manteau de velours de soie noire, richement brodé, qui flottait négligemment autour de sa taille à la manière d’une cape espagnole. Sa tête
était abondamment hérissée de plumes de corbillard, qu’il balançait de-ci

de-là avec un air d’afféterie consommée ; et dans sa main droite il tenait
un grand fémur humain, avec lequel il venait de frapper, à ce qu’il semblait, un des membres de la compagnie pour lui commander une chanson.

En face de lui, et le dos tourné à la porte, était une dame dont la physionomie extraordinaire ne lui cédait en rien. Quoique aussi grande que

le personnage que nous venons de décrire, celle-ci n’avait aucun droit de
se plaindre d’une maigreur anormale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *